clubastrotoussaint

clubastrotoussaint

éphémérides janvier

ciel.jpg

Pour disposer de la carte du ciel au-dessus de votre jardin, connectez-vous sur le site Stelvision : il vous suffit d’entrer votre code postal, la date choisie et zou, c’est parti mon kiki ! Vous trouverez également sur ce site un simulateur de télescope qui vous donnera une bonne idée de la vision que peut vous procurer votre instrument

 

PENSEZ A VOUS SERVIR DE VOS MAINS

 

Dans les pages qui suivent, les distances apparentes qui séparent les astres dans le ciel au-dessus de votre jardin sont exprimées en écarts angulaires et, comme tout angle qui se respecte, sont calculées en degrés. Les fractions de degrés sont exprimées en minutes et en secondes d’arc : 1 degré compte 60 minutes d’arc (souvent écrites comme suit : 60’) et chaque minutes d’arc compte elle-même 60 secondes d’arc (60’’). Pour estimer rapidement ces angles, servez-vous de vos mains. C’est assez approximatif, mais çà marche !

 ecartsangulaires.jpg

 

Par ailleurs, notez que toutes les heures des éphémérides ci-dessous sont données en Temps Universel (TU). Ajoutez 1 heure pour convertir en heure d’hiver, 2 heures pour convertir en heure d’été

 

LES PLANETES VISIBLES A L'OEIL NU DURANT LE MOIS :

 

Visible le matin : Mars, Jupiter, Saturne après le 10 janvier et Mercure jusqu’au 15 janvier

Visible le soir : Vénus à partir du 30 janvier, aux jumelles

 

MERCURE

En élongation maximale à l'ouest du Soleil le 1er janvier, Mercure brille à quelques degrés de hauteur au-dessus de l'horizon Est - Sud - Est de Toussaint, 1 heure avant le lever du Soleil. Son élongation diminue durant tout le mois mais l'augmentation de son éclat permet de la repérer jusqu'au 15. Ensuite, elle se fond dans les lueurs du Soleil couchant. Le 31, Mercure se lève moins d'une demi-heure avant le Soleil.

 

elongation.jpg

 

VENUS

Vénus est inobservable pendant la plus grande partie du mois. Elle ne réapparait que lors des derniers soirs du mois de janvier. Elle se couche alors moins d'une demi-heure après le Soleil et il vous faudra une paire de jumelles pour espérer la repérer au raz de l’horizon Ouest - Sud - Ouest de Toussaint, si celui-ci est parfaitement limpide.

 

MARS

2018 sera l'année où la Terre et Mars passeront au plus près l'une de l'autre. Ce mois de janvier, nos 2 planètes seront distantes de 257 millions de kilomètres puis elles vont se rapprocher jusqu'à 200 millions de kilomètres le 27 juillet prochain. Cette année d'opposition martienne va commencer par une rencontre superbe entre Jupiter et la planète rouge : le 16 janvier, à l'aube, les deux planètes ne seront séparées que par 12 minutes d'arc d'écart et seront facilement observables côte à côte dans un télescope grossissant plusieurs dizaines de fois. Vous pourrez également voir autour de Jupiter ses 4 principaux satellites : Callisto, Ganymède, Europe et Io. Le diamètre apparent de la planète Mars est de 5,5 secondes d'arc ce mois-ci, ce qui est encore trop peu pour observer des détails de sa surface.

 

JUPITER

Jupiter se lève plus de 4 h avant le Soleil le 1er janvier et plus de 5 h 30 avant, le 31. La planète géante du système solaire brille actuellement à plus de 20° de hauteur au-dessus de l'horizon Sud - Est puis Sud - Sud - Est de Toussaint, dans le ciel de l'aube. Elle est accompagnée de la planète Mars au début du mois puis cette dernière va s'éloigner en direction de la constellation du Scorpion. L'éclat de Jupiter la rend très facile à repérer (magnitude -2). Son diamètre apparent est de 36 secondes d'arc à la fin du mois, permettant de belles observations au télescope.


Une simple lunette de 60 mm de diamètre suffit pour suivre le ballet quotidien d’Io, Europe, Ganymède, Callisto, les 4 principales lunes de Jupiter.

 

jupiter-jumelles.jpg

Aspect de Jupiter aux jumelles/ photoPh. Ledoux – ASCT astronomie

 

Les plus belles configurations éclipses, passage de l’ombre d’un satellite devant le disque de Juju, etc…) sont signalées plus loin dans cette page, dans les éphémérides au jour le jour. Le petit tableau ci-dessous, publié par le « guide du ciel » de Guillaume Cannat, récapitule les principaux spectacles offerts ce mois-ci par les 4 principaux satellites de la planète Jupiter. Les éclipses signalent les disparition de l’un des satellites dans l’ombre que Jupiter traîne derrière elle dans l’espace. Les projections d’ombre désignent le passage de l’ombre de l’un des satellites devant le disque de la planète

 

jupiter-satellites.jpg

 

Les grandes bandes nuageuses tropicales et les tourbillons de son atmosphère tumultueuse sont visibles dans un télescope d’au moins de 114 mm de diamètre.

 

jupiter-bandes.jpg

Nomenclature internationale des bandes nuageuses de Jupiter

 

Pour l'observation visuelle de la Grande Tache Rouge, un instrument de plus de 100 mm est nécessaire. Vous trouverez ci-dessous les heures de passage de la Grande Tache Rouge au méridien central de Jupiter, c'est à dire au méridien 0°, qui fait face à l'observateur terrestre.

 

jupiter-meridien.jpg

 

jupiter-gtr.jpg

 

Pour en savoir plus sur l’observation de Jupiter dans un télescope d’amateur, consultez notre dossier spécial

 

SATURNE

Saturne est de retour dans le ciel de l'aube, où elle se lève de 45 minutes avant le Soleil, le 1er janvier et plus de 2 h avant, le 31 janvier. Son éclat (magnitude 0,5) la rend facilement repérable aux jumelles puis à l'œil nu mais elle reste encore très basse sur l'horizon : le 31, Saturne n’est encore qu'à 3° de hauteur au-dessus de l'horizon Sud - Est de Toussaint

 

La planète Uranus, dans la constellation des Poissons, surplombe l'horizon Sud - Sud - Ouest d'une cinquantaine de degrés à la fin du crépuscule. Il est encore possible de la repérer à l'œil nu si vous disposez d'un bon site dénué de toute pollution lumineuse (magnitude 5,8).

Quant à la planète Neptune, dans la constellation du Verseau, elle n'est plus qu'à une vingtaine de degrés de hauteur au-dessus de l'horizon Sud - Ouest en début de nuit

 

 

LA COMETE C/2017 T1 HEINZE

Découverte le 2 octobre 2017 par un télescope de surveillance d’astéroïdes situé à Hawaï, la petite comète C/2017 T1 Heinze sera à surveiller car elle va passer à « proximité » (à près de 33 millions de km…)  de la Terre au début de ce mois de janvier avant d’aller s’approcher du Soleil le 21 février prochain, où son échauffement pourrait provoquer un éventuel sursaut de sa luminosité. Pour l’instant, sa magnitude était évaluée à 10,9 ce 30 décembre par le site internet de Seiichi Yoshida. La comète Heinze se déplace très vite dans le ciel, de l’ordre de 7° par jour. Pendant ce mois de janvier, elle va traverser les constellations du Lynx, de la Girafe, de Cassiopée puis du Lézard. C’est entre le 6 et le 11 janvier qu’elle devrait atteindre son éclat maximal, au moment où elle se baladera dans Cassiopée

 

C2017T1-2018-01.jpg

LES EPHEMERIDES AU JOUR LE JOUR :

 

Le 1er

Mercure atteint aujourd'hui son élongation maximale à l'ouest du Soleil : 22° 40’

 

Le 2 :

Pleine Lune à 2 h 24. Il s'agit de la plus grosse Pleine Lune de toute l'année 2018, avec un diamètre apparent de 33,5 minutes d'arc. En effet la Lune se trouve cette nuit à 356 602 km seulement de la Terre.

 

lune-apogee-perigee.jpg

 

Le 3 :

La planète Mars passe à 0,6° de l'étoile Zubenelgenubi de la constellation de la Balance

L'astéroïde 4 Vesta passe à 5 h 35 à 1° au nord de l'étoile gamma (magnitude 3,9) de la constellation de la Balance

La Terre passe au point de son orbite le plus proche du Soleil pour l'année 2018 soit pratiquement 147 097 230 km

Du 1er au 5 janvier, la Terre traverse l’essaim d’étoiles filantes des Quadrantides, l'un des plus importants de l'année puisqu'il peut représenter entre 600 et 200 étoiles filantes par heure. Son radiant se situe entre la tête du Dragon et les étoiles Alcor et Mizar de la constellation de la Grande Ourse. Le maximum se produit cette année juste après la Pleine Lune, ce qui va bien évidemment nuire à l'observation des petites étoiles filantes les plus faibles.

 

quadrantides.jpg

 

Le 4 :

 

A 5 h 49 m TU, début du passage de l’ombre d’Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, devant le disque de la planète géante du système solaire

 

2018-01-04.jpg

Le 5 :

Ganymède et Europe, deux des quatre principaux satellites de Jupiter, passent entre 6 h 02 et 6 h 50 simultanément devant le disque de la planète géante du système solaire

 

2018-01-05.jpg

 

Conjonction entre la Lune et Regulus, l'étoile principale de la constellation du Lion, à 8 h 20 (séparation : 0,9°). Au cours de la nuit du 4 au 5, suivez le rapprochement de la Lune avec Regulus. À l'aube, les deux astres sont encore à près de 1° d'écart, loin au-dessus de l'horizon sud-ouest

 

Le 6 :

Les 4 principaux satellites de Jupiter --- Io, Europe, Ganymède et Callisto --- sont alignés dans leur ordre naturel à l'ouest de la planète géante du système solaire

Maximum d'éclat de l'étoile Delta Cephei à 21 h. Les autres minima visibles du mois se produisent le 12 à 6 h, le 23 à 0 h

Les autres maxima ont lieu en plein jour et ne sont donc pas observables. Située au sud de la constellation de Céphée, Delta Cephei est le prototype des céphéides, ces étoiles géantes variables dont la période est strictement liée à la luminosité. Cette caractéristique physique a permis aux astronomes de les utiliser pour déterminer la distance d'autres galaxies dans lesquelles on les a identifiées. Delta Cephei passe de la magnitude 3,5 à 4,4 au cours d'un cycle d'une régularité métronomique de 5 jours 8 heures 47 minutes et 32 secondes; sa baisse de luminosité est un peu plus lente que sa remontée qui s'effectue en un peu moins de deux jours. Comparez son éclat à celui des étoiles qui l'entourent et dont la magnitude est indiquée sur le schéma voisin. Delta Cephei est une étoile supergéante, près de cinq fois plus massive et 2000 fois plus lumineuse que le Soleil, dont le diamètre réel doit être proche de 40 fois celui de notre étoile, soit plus de 55 millions de kilomètres.

 

deltacephei.jpg

 

Le 7 :

Superbe conjonction très serrée entre les planètes Mars et Jupiter à 0 h 40 (séparation : 0,2°). A observer à l’aube

 

2018-01-07.jpg

 

Le 8 :

Dernier Quartier de Lune à 22 h 25

 

Le 9 :

Conjonction entre la Lune et Spica, l'étoile principale de la constellation de la Vierge, à 8 h 48 (séparation : 6,9°). À l'aube, le quartier lunaire et l'étoile sont à un peu plus de 30° de hauteur au-dessus de l'horizon. Vers le Sud - Est, vous retrouverez le couple Mars - Jupiter et, plus bas, l'éclat rougeoyant de l'étoile Antarès de la constellation du Scorpion

 

Le 10 :

À l'aube, Ganymède et Callisto, deux des quatre principaux satellites de Jupiter, se trouvent à l'est du disque de la planète géante du système solaire, pendant qu’Io et Europe forment le pendant, du côté ouest

Minimum d'éclat de l'étoile variable Algol, de la constellation de Persée, à 4 h. Les autres minima visibles ce mois-ci se produiront le 13 à 1 h, le 15 à 21 h, le 18 à 18 h, le 30 à 5 h. Tous les autres minima se produisent en plein jour et ne sont donc pas visibles.

Tous les autres minima ont lieu de jour et sont donc invisibles. A son maximum, l'éclat d'Algol est proche de la magnitude 2,1, ce qui est suffisant pour qu'elle soit bien visible à l'œil nu, même dans des ciels urbains médiocres. Il est ainsi possible de suivre sa variation depuis une fenêtre ou un balcon, soir après soir. Vous pouvez comparer l'éclat d'Algol à tout moment avec celui de la toute proche Almach (= Gamma Andromède) qui reste stable à 2,1, ou avec celui d'Epsilon Persée, qui est de 2,9. Algol est la première étoile variable que les astronomes soient parvenus à identifier.

 

algol.jpg

 

Dans la soirée du 10 janvier, il y a une bonne chance de voir depuis la Normandie l’astéroïde 891 Gunhild occulter une petite étoile de magnitude 12,1 (ben oui, çà ne fait pas bezef…) entre 20 h 27 et 20 h 44 TU. Toussaint se trouve dans la bande de terrain d’où ce phénomène devrait être théoriquement visible, sachant qu’une incertitude persiste en raison des nombreuses irrégualrités qui émaillent les déplacement des astéroïdes sur leurs orbites. Pour plus de détails, consultez le site Internet de Steve Preston

 

Le 11 :

Période de libration minimale en latitude pour la Lune. Cette nuit, le Soleil se couche dans le magnifique Golfe des Iris. En observant le croissant lunaire en fin de nuit, vous pourrez assister à l'arrivée du terminateur sur les hauteurs du promontoire Héraclite. Un peu plus loin à l'ouest, le cratère Mayrand imprime ses cicatrices circulaires de 40 km de diamètre sur un paysage dévasté. Ses remparts en gradins s’élèvent jusqu'à 3400 m d'altitude et portent une ombre marquée sur son arène.

 

lune-golfe-des-iris.jpg

 

Pour retrouver votre chemin parmi le fouillis des cratères de la Lune, téléchargez gratuitement le magnifique Atlas Virtuel de la Lune  de Christian Legrand et Patrick Chevalley. Et pour en savoir un peu plus sur les librations de la Lune, consultez notre page qui explique ce curieux phénomène de balancement de la Lune sur son orbite

Les 4 principaux satellites de Jupiter --- Io, Europe, Ganymède et Callisto --- sont alignés dans leur ordre naturel à l'est du disque de la planète géante du système solaire.

Conjonction entre la Lune et Jupiter à 8 h 22 (séparation : 4,2°)

Un peu plus tard dans la journée, à 12 h 34, conjonction entre la Lune et la planète Mars (séparation : 4,4°)

 

Le 12 :

Conjonction entre la Lune et l'astéroïde 4 Vesta à 4 h 21. Vesta se situe alors à 0,4° au nord de la Lune

De 5 h 45 à l'aube, Europe et Ganymède, 2 des 4 principaux satellites de Jupiter, projettent simultanément leurs ombres sur le disque de la planète géante du système solaire.

 

2018-01-12.jpg

 

L'étoile variable Mira de la baleine (Omicron Ceti) atteint actuellement son maximum avec une magnitude proche de 3. La période de cette étoile variable est de pratiquement 332 jours : il lui faut près de 210 jours pour retomber à son éclat minimum (magnitude 9,5 environ) contre près de 120 jours pour retrouver ensuite toute sa splendeur. Le prochain mois maximum aura donc lieu à la mi-décembre 2018

 

mira.jpg

 

Profitez du week-end, si vous disposez d'un instrument de 200 mm de diamètre, pour observer la nébuleuse planétaire NGC 1514. Elle se trouve dans la constellation du Taureau, à la frontière avec la constellation de Persée, à 3,5° à l'est de l'étoile Atik. Cette nébuleuse entoure SAO 57020, une étoile de magnitude 9, et ressemble à un cocon diffus légèrement ovalisé, de deux minutes d’arc de diamètre. Les premiers observateurs qui utilisaient des télescopes croyaient voir un amas d'étoiles non résolues devant cette tache floue mais, en 1790, l’astronome William Herschell réussit à comprendre qu'il s'agit non pas d'un amas mais d'une étoile entourée d'une délicate atmosphère.

 

ngc1514.jpg

 

Le 13 :

Conjonction entre la Lune et Antarès, l'étoile principale de la constellation du Scorpion, à 3 h 12 (séparation : 9,3°)

 

Juste avant l’aube, Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter passe simultanément avec son ombre devant le disque de la planète géante du système solaire. L’ombre d’Io achève son passage à 4 h 22 et Io lui-même à 5 h 26

 

2018-01-13bis.jpg

 

Conjonction à 7 h 03 entre les planètes Mercure et Saturne (séparation : 0,6°)

Dans la soirée du 13 janvier, il y a une bonne chance de voir depuis la Normandie l’astéroïde 8 Flora occulter une petite étoile de magnitude 8,1 entre 17 h 56 et 18 h 20 TU. Toussaint se trouve dans la bande de terrain d’où ce phénomène devrait être théoriquement visible, sachant qu’une incertitude persiste en raison des nombreuses irrégualrités qui émaillent les déplacement des astéroïdes sur leurs orbites. Pour plus de détails, consultez le site Internet de Steve Preston

                      

2018-01-13.jpg

 

 

Le 14 :

A 4 h 20 m TU, fin de l’occultation d’Europe, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, par le disque de la planète géante du système solaire

 

2018-01-14.jpg

 

Le 15 :

A 0 h, l'astéroïde 2 Pallas passe à 1,3° au sud de la galaxie spirale NGC 908, dans la constellation de la Baleine

Conjonction entre la Lune et la planète Saturne à 1 h 49 (séparation : 2,6°). Si vous avez réussi à repérer Saturne et Mercure voici 48 heures, vous pouvez aujourd'hui tenter d'ajouter un très mince croissant lunaire à la scène. Rendez-vous 1 heure avant le lever du jour, et pointer vos jumelles en direction du ras de l'horizon sud-est de Toussaint :

À 6 h 30, le fin croissant lunaire de 3 % est âgé de 44 heures avant la Nouvelle Lune et se situe à 3° de hauteur et à 123° d'azimuth sur l'horizon fécampois, alors que le Soleil se situe à 10° sous cet horizon. La conjonction entre la Lune et Mercure se produit à 7 h 03 (séparation : 3,4°)

 

Le 17 :

Nouvelle Lune à 2 h 17

A 6 h, Callisto, l'un des 4 principaux satellites de Jupiter, survole le pôle nord de la planète géante du système solaire

 

2018-01-17.jpg

 

Le 18 :

Ce soir, au crépuscule, tentez de repérer un fin croissant lunaire de 2,5 %. À 17 h 50, il est âgé de 39 heures et se situe à 3,5° de hauteur et à 242° d'azimuth sur l'horizon fécampois, alors que le Soleil se situe à 10° sous cet horizon.

 

Le 19 :

A 6 h 50 m TU, éclipse d’Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupier, par l’ombre de la planète géante du système solaire

 

2018-01-19.jpg

 

Le 20 :

C’est aujourd’hui que les astrologues et les marchands d’horoscopes de tout poil vous annoncent que le Soleil entre dans le signe astrologique du Verseau mais, dans la réalité, il vient d'arriver dans la constellation du Capricorne..... Dur, dur le métier de charlatan... Bien entendu, il ne faut pas prendre l'expression “le Soleil entre...” au pied de la lettre ! Notre étoile ne se déplace pas réellement d'une constellation à l'autre. c'est le mouvement continuel de la Terre autour du Soleil qui entraîne un déplacement apparent de celui-ci devant les constellations du zodiaque.

 

newton.jpg

 

 

Le 21 :

Cà va swinguer autour de Jupiter, la planète géante du système solaire : à 4 h 37 m TU, fin de l’occultation d’Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, par le disque de la planète géante du système solaire, suivie à 4 h 39 de la fin de l’éclipse par l’ombre de Jupiter d’Europe, un autre de ces 4 satellites, et à 4 h 42 du début de l’occultation d’Europe par le disque de Jupiter 

 

Le 23 :

De 4 h 46 m TU à 6 h 18 m, occultation de Ganymède, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, par le disque de la planète géante du système solaire

 

2018-01-23.jpg


Le 24 :

Période de libration minimale en longitude pour la Lune. Le jour se lève aujourd'hui et demain sur la Mer des Pluies. Dans le berceau des Apennins, cratères et montagnes resplendissent sur le velours de la Mer des Pluies : Autolycus, Aristillus et Archimède au sud, les Monts Spitzberg à l'ouest et, au nord, le Mont Piton et le triple cratère Cassini attendent votre visite.

 

lune-cassini.jpg

 

Pour retrouver votre chemin parmi le fouillis des cratères de la Lune, téléchargez gratuitement le magnifique Atlas Virtuel de la Lune  de Christian Legrand et Patrick Chevalley. Et pour en savoir un peu plus sur les librations de la Lune, consultez notre page qui explique ce curieux phénomène de balancement de la Lune sur son orbite

Conjonction entre la Lune et la planète Uranus à 4 h 16 (séparation : 4,4°)

La planète Mars passe à moins de 0,1°, à l'ouest d'une petite étoile de magnitude 7,9 (PPM 230 697)

Premier Quartier de Lune à 22 h 20

Profitez du week-end pour essayer de repérer un joli trio de galaxies formées de Messier 49, NGC 4535 et NGC 4526. M49 est une belle galaxie elliptique, découverte en février 1771. Dans un télescope de 200 mm de diamètre, elle a l'aspect d'un petit ovale flou. Avec un oculaire à faible grossissement et à grand champ, vous verrez une série de petites taches allongées proches de la magnitude 12 dans le même champ. Si vous disposez d'un ciel bien noir, sans présence de brume, vous arrivez à distinguer NGC 4535, une belle galaxie spirale barrée facilement repérable avec un télescope 300 mm de diamètre. Dans un télescope de moindre diamètre, ce n'est qu'une toute petite tache floue

 

m49.jpg

 

 

Le 26 :

Dans la nuit du 25 au 26, à 23 h 26 m TU le 25 janvier, la Lune occulte l’étoile SAO 93320 (constellation du Taureau – magnitude 5,95). L’étoile réapparait à 0 h 21 et les deux astres sont alors à 13,5° au-dessus de l’horizon fécampois et la fraction éclairée de la Lune est de 61 %

Notez que ces horaires ont été calculés pour la région fécampoise. Si vous observez depuis un autre lieu, ils peuvent varier de plusieurs minutes. Si vous êtes dans ce cas de figure, par précaution, commencez vos observations à l’avance

Ce même jour, en soirée, conjonction entre la Lune et le bel amas d'étoiles des Pléiades à 17 h 54 (séparation : 9,2°) tout au cours de la nuit du 26 au 27 janvier, la Lune gibbeuse glisse vers l'amas d'étoiles des Hyades, loin au sud de l'amas des Pléiades.

 

Le 27 :

Passage à 5 h 58 m TU de l’ombre d’Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, puis à 7 h 11 m TU d’Io lui-même, devant le disque de la planète géante du système solaire

 

2018-01-27.jpg

 

Conjonction entre la Lune et Aldebaran, l’étoile principale de la constellation du Taureau, à 10 h 24 (séparation : 0,7°)

 

Le 28 :

A 3 h 10 m TU, début de l’éclipse d’Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, par l’ombre de la planète géante du système solaire. Puis, à 4 h 58 m TU, c’est au tour d’Europe, un autre des 4 principaux satellites de Jupiter, d’être éclipsé par l’ombre de Juju. Et à 6 h 31 m TU, se produit la fin de l’occultation d’Io, de l’autre côté du disque de la planète

 

2018-01-28.jpg

 

Le 29 :

Dans la nuit du 28 au 29, à 1 h 29 m TU, la Lune occulte l’étoile 71 Ori (constellation d’Orion – magnitude 5,20). L’étoile réapparait à 2 h 22 et les deux astres sont alors à 27° au-dessus de l’horizon fécampois et la fraction éclairée de la Lune est de 91 %

Notez que ces horaires ont été calculés pour la région fécampoise. Si vous observez depuis un autre lieu, ils peuvent varier de plusieurs minutes. Si vous êtes dans ce cas de figure, par précaution, commencez vos observations à l’avance

A l’aube, passage simultané d’Io, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, et de son ombre devant le disque de la planète géante du système solaire. Le passage de l’ombre d’Io se termine à 2 h 37 m TU. Puis, à 3 h 49 m TU, c’est au tour d’Io d’achever son passage devant le disque de Juju

 

2018-01-29.jpg

 

 

Le 30 :

De 3 h 49 m TU à 5 h 37 m TU, Ganymède, l’un des 4 principaux satellites de Jupiter, est éclipsé par l’ombre de la planète géante système solaire, pendant qu’Europe, un autre des 4 satellites, passe devant le disque de Juju jusqu’à 4 h 5 m TU

 

Conjonction entre la Lune et Pollux, l'étoile principale de la constellation des Gémeaux, à 8 h 29 (séparation : 8,6°) 

Le 31 :

Opposition de la planète naine Cérès

Seconde Pleine Lune du mois de janvier, à 13 h 27

 

 

La Lune du mois

 

Pleine Lune : le 2 janvier

Dernier Quartier : le 8 janvier

Nouvelle Lune : le 17 janvier

Premier Quartier : le 24 janvier

Pleine Lune : le 31 janvier

 

Si vous souhaitez disposer d'éphémérides complètes sur support papier, nous vous conseillons d'acheter le Guide du Ciel de Guillaume Cannat : les conjonctions de planètes, leurs heures de lever, de coucher, les cartes du ciel mois après mois, des conseils pour se servir d'un télescope, tout, absolument tout, est dans ce bouquin qui, au fil des années, est devenu ZE référence. A consommer sans aucune modération. Une version allégée de ce guide existe également, pour celles et ceux d'entre vous qui ne disposent pas d'autre instrument que leurs yeux pour admirer le ciel.

 

guide.jpg

 



21/12/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser